Accès membres
email:
password:  
Remember me?
Mot de passe oublié ?
Demande de login
 
Presse- Communiqués de presse- Archives 2011- Pour Comeos, la note Di Rupo c
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Pour Comeos, la note Di Rupo constitue une bonne base pour un programme équilibré  
 

 

5 juillet 2011

Comeos, la Fédération du commerce et des services en Belgique, estime que la note Di Rupo constitue un bon point de départ et espère que le monde politique prendra rapidement les décisions nécessaires en vue de parvenir à un accord de gouvernement.

Le commerce, qui est considéré par E. Di Rupo dans sa note comme un des secteurs clé de l’économie, est en Belgique, avec plus de 400 000 travailleurs, le plus grand employeur du le secteur privé. « Nous sommes convaincus qu’une partie des 250 000 nouveaux emplois dont parle le formateur peuvent être créés par notre secteur », déclare Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos. « Une politique d’activation efficace devrait permettre au commerce d’atteindre son plein potentiel d’emplois, comme l’ont indiqué différentes études ».

« Mais nous avons également d’importantes réserves concernant la note du formateur », poursuit  Dominique Michel. « Nous espérions une simplification administrative et un climat entrepreneurial permettant au commerce de continuer à se développer : nous sommes au contraire confrontés à une série de nouvelles règles et formalités. Sans même mentionner la régionalisation, dont nous ne savons pas encore comment elle sera concrètement réalisée sur le terrain. Ce point est crucial pour nous dans la mesure où la majorité de nos adhérents est active dans les trois régions. Il faut absolument éviter d’ajouter de nouvelles situations kafkaïennes à celles qui existent déjà ».

S’attaquer aux causes et pas aux symptômes

L’attention particulière que le formateur attache à la problématique des prix dans le commerce est également difficilement compréhensible pour Comeos. « L’Europe a encore récemment indiqué les mesures que la Belgique doit prendre pour stimuler sa compétitivité, notamment dans le secteur du commerce », souligne Dominique Michel. « Nous ne retrouvons rien de ces recommandations dans la note du formateur, bien au contraire. Dans notre secteur, où règne une très forte concurrence, il n’y a aucune nécessité d’accentuer le contrôle des prix. Avec le renforcement de l’Observatoire des prix, ce sont les symptômes que l’on choisit de combattre, plutôt que les causes ».

Contact : Peter Vandenberghe

 
 

 
 

 
 

Update : 6/7/2011

 

StatutsDisclaimerSitemap • Edmond Van Nieuwenhuyselaan 8 • 1160 Brussel • T 02 788 05 00 • info@comeos.be